Balade au dessus de Sainte-Croix

Le 18/11/2012

JeanClaude vous a concosté un compte-rendu aux petits oignonq....

 

Au fil du Lac

 

             Il y a le lac, le Lac de Ste Croix, et puis, un peu plus haut, vers Moustiers, il y a le petit lac. Nous ne savons pas s’il a un  nom. On dit : le petit lac. C’est lui que nous devinons entre les pins au fur et à mesure que nous nous élevons, vers le plateau de Valensole. Nous avons laissé les voitures au bord de la route, et sac au dos (lesté d’un conséquent PNTC) nous suivons notre guide Robert, qui connaît chaque caillou du chemin, et notre distingué Président qui en connaît la moindre herbette, la moindre bestiole.  Tiens, justement voici, comme dirait Kipling, le tigre. Le seigneur Tigre. Oh un tout petit seigneur, dans une toute    petite jungle. C’est le Tigre du platane (Corythacha ciliata).  Transi de froid. Il se carapate sous les écorces faciles à décoller.           

Mais attention ! Ce bel ouvrage de dentelle est un danger pour l’arbre qui l’héberge. Non seulement il dévore les feuilles du platane, mais il est le vecteur de deux champignons qui peuvent le tuer. Un peu plus haut, nous faisons une petite halte près d’une touffe de pimprenelle (Sanguisorba minor) dont nous apprécions le goût rafraîchissant de concombre.

            Pas rafraîchissante du tout sera notre rencontre suivante dont le fruit vénéneux ne nous dit rien qui vaille : La corroyère à feuille de myrte (Coriaria myrtifolia),  caractéristique de l’arrière pays avec sa tige carrée. De même, ce charmant champignon de la famille de la morille, l’helvelle crépue est vénéneuse et c’est avec déception que nous l’abandonnons. Mais, disent certains connaisseurs, s’il y en a  de mauvais, il y en a des bons. Cela se justifie bientôt lorsque nous tombons sur un tapis de girolles, accompagnées de sanguins et même de pieds bleus. Nous faisons connaissance avec la russule gazeuse ( !) et avec un étrange champignon (sortez vos mouchoirs !) : lou morvellou (le morveux). Son chapeau est en effet recouvert d’u mucus visqueux. –ça pègue ! s’écrie quelqu’un. Exclamation bien peu scientifique mais combien parlante…

            Notre petit groupe (24 Cadiennes et Cadiens ont tout de même répondu à l’appel) se hisse tranquillement à travers les pins noirs d’ Autriche. Là, nous pensons au magnifique pin de Salzmann rencontré récemment du côté de St Guilhem-le-désert.

                                               

            Mais soudain, finie l’ombre douce de la pinède! : il nous faut  ressortir les lunettes de soleil et les couvre-chefs. Nous voici sur le plateau de Valensole. Les pins et les chênes ont fait place à des champs de lavande à perte de vue, ou plutôt de lavandin. Celui-ci est en effet un hybride entre la lavande fine et la lavande aspic qui pousse plus bas en altitude. Les fleurs ont été récoltées, bien sûr et emmenées à la distillerie, mais les touffes sont si bien alignées, et l’orientation des raies si bien calculée, que l’effet visuel est saisissant.

            Mais quelle heure est-il ?- Midi ! –Mais c’est l’heure du PNTC !  Voilà que les sacs s’ouvrent, que les langues se délient, que les bouchons sautent ! Vive le beaujolais nouveau ! Et puis c’est la ronde des desserts : pâte de coings, gâteaux divers, tartes, figues sèches, noix et amandes. On est bien sur le bord du plateau, les pieds dans le vide et le lac éblouissant au dessous.

            Le pique-nique fini, on entame la descente par le sentier. Les galets du quaternaire roulent sous nos pieds. C’est escarpé mais, heureusement, il n’y a pas de chute, et nous voici au bord du lac.

            Thierry nous rappelle l’objectif de la sortie : la découverte de la menthe des Cerfs (Mentha cervina), l'une des plantes les plus rares de la région, donc de France (donc du monde ajoutent certains !) Nous allons donc entreprendre le retour en longeant la rive caillouteuse du lac, les yeux fixés sur le sol à la recherche de ce véritable dahu végétal. Le rivage  que nous parcourons, assez pentu, est constitué de galets  de différentes tailles. Des saules surtout et des peupliers y poussent, et d’innombrables branches et troncs divers, bien lavés et polis par le flottage jonchent le haut de cette plage. Ces débris ont d’ailleurs servi de matériaux à de jeunes artistes pour une réalisation très étonnante devant laquelle le Cade va poser. Mais pas de Menthe .                                               

Pas de menthe ? Mais si ! En fin limier, c’est  « El Présidente » qui l’as vue le premier. Juste un tout petit pied! Il fallait de bons yeux ! Mais quel parfum ! Et puis un peu plus loin, plusieurs plans réunis.

Puis une flaque, puis une prairie ! (non j’exagère. C’est une plante TRES RARE ! On ne le trouve que là.

Voilà une sortie qui se termine en apothéose !

                                                                                                                        JCL

 


Aucun organisme rencontré lors de cette sortie

Fiche créée le 01/12/2012 à 08:10

Voir les commentaires (0) ]

 

Album photo :


Les tigres (photo de

Le groupe (photo de

Pins noirs d'AUTRICH

Le groupe (photo de

Lavandes (photo de V

Lavandes (photo de V

Le lac (photo de Val

Le lac (photo de Val

Le lac (photo de Val

El presidente (photo

Autour de tigres

Helvelle crépue

Belle forêt, beau pa

Grands espaces

Oh lac, l'année à pe

Dans le Degoutaïre

Ste Croix

Le vice président en

Le groupe heureux

Elle est là!!!!!!!!!

La menthe des cerfs

Écureuil gourmand

 

Tous les comptes rendus ]