Week-end Calanques: Le massif de Marseilleveyre

Le 12/05/2012

Très belle journée pour ce premier rendez-vous dans les Calanques marseillaises. Aujourd’hui, découverte du massif de Marseilleveyre. Au programme, il faut trouver la fameuse sabline des calanques, endémique des reliefs littoraux calcaires entre Marseille et Toulon. Nous partons de Chateau Pastré non sans avoir mis au point un système de navette assez long à organiser. Enfin, nous voilà partis.

Quelques mots de présentation sur le massif et sur le parc national tout jeune encore et les premières pentes commencent à faire grimacer les cadiens. La forêt de pins d’Alep mêlée de chênes verts, dans laquelle la présence de bruyères multiflores et d’arbousiers indique un sol légèrement dolomitique, laisse progressivement la place à une flore de falaises avec fougères et phagnalon rupestre.

Nous arrivons bientôt sur un vaste plateau où la garrigue à ciste et calycotomes nous laisse entendre et voir la fauvette pitchou qui zinzine d’arbustes en arbustes. Un faucon crécerelle nous frôle puis va se poser ce qui nous permet de l’observer à tête reposée.

De nouveau une grimpette entre les arbustes épineux nous amène au col suivant. Un bon pique-nique type cade est englouti et esprits et corps rompus de chaleur ont beaucoup de mal à repartir après coup. Surtout que la montée qui suit est une longue procession dans les éboulis, et en plein cagnard. Nous interrompons cette douloureuse et astreignante progressdion par l’observation de la très rare sabline des Calanques (Arenaria provincialis) anciennement appelée gouffée des sables (protégée sur le plan national). Enfin, un dernier effort nous conduit sur le plan supérieur où la vue est à couper le souffle. Tout Marseille s’étale en effet à nos pieds. La roche sur laquelle nous évoluons est crevassée et percée de myriades de trous, fosses et mini avens. L’érosion de type karstique a creusé ces dentelles minérales qui sont difficiles à traverser.

Notre président a quelques difficultés à trouver la suite de la balade mais au final nous nous engageons sur le bon chemin. Nous nous arrêtons pour profiter d’un sublimissime point de vue (franchement vertigineux) sur les calanques. La descente est très belle et très sauvage. Dans l’étroit tunnel de roches et de forêt que nous dégringolons, un arrêt salutaire nous permet de faire un peu de poésie puis l’accès final à la mer se fait par la calanque de Marseilleveyre. C’est la station naturaliste la plus importante de la journée avec de très nombreuses raretés toutes protégées ou presque : Astragalus massiliensis, Hedysarum spinosissimum, Passerina tartonraira, Evax pygmaea etc.

Nous en profitons pour nous désaltérer longuement au bar de la calanque et certains n’hésitent pas à se baigner ! Enfin le retour vers Callelongue se fait sans problème pour finir une randonnée difficile mais vraiment fascinante par la diversité et la beauté de ses paysages et une nature absolument formidable !

 


Aucun organisme rencontré lors de cette sortie

Fiche créée le 24/07/2012 à 12:31

Voir les commentaires (0) ]

 

Album photo :


Laserpitium gallicum

WAAAHHHH....

En chemin

Crevés mais contents

Arenaria provinciali

Hedysarum spinosissi

 

Tous les comptes rendus ]