Côôôôrsica!: 4ème jour: Scandola. Du soleil et de la mer.

Le 26/04/2012

Un compte-rendu que nous devons à Bernard. Un très grand merci!!!

Jeudi 26/4/2012  Journée de balades maritimes

Sous un ciel uniformément bleu et une très belle lumière, nous partons pour la matinée sur la côte au nord de Porto pour suivre le sentier maritime entre les plages de Caspiu et de  Gratelle.

La route en corniche laisse admirer différents caps, les uns verts de maquis, d’autres gris-rouge. Des arrêts –photo sont inévitables même s’ils ralentissent un peu les cadiens les plus impatients. Sur la plage de Caspiu se dresse la jolie paillotte à l’enseigne « Punta rossa » aux tonnelles en canisses accueillantes mais aux prix forts.

Et c’est le départ sur un sentier d’abord ombragé par une forêt-galerie de bruyères arborescentes, d’arbousiers et de chênes verts. Puis, la vue se dégage pour laisser place à un maquis maritime où s’épanouissent cistes, asphodèles et lentisques.  Les plantes endémiques  abondent et nous découvrons avec ravissement le mouron bleu (Anagallis foemina) ainsi que le petit plantain de Bellard (Plantago bellardi).

Nous atteignons le point haut de notre parcours occupé par une aire de battage circulaire, très bien restaurée indiquant une grande activité agricole passée. Entre les belles pierres plates et régulières poussent la lamarckie dorée, petite graminée rare dans le Var (Lamarckia aurea). À côté de l’aire, on remarque aussi le calycotome poilu (Calycotome villosa), plante inconnue en métropole.

Puis, c’est la descente progressive débord, puis plus raide vers la plage de Gratelle. En chemin on s’aperçoit que la roche change d’aspect. Ce n’est plus le sempiternel granite rencontré jusqu’à présent mais une roche plus sombre, grise ou rouge, la rhyolite, roche volcanique dont nous reparlerons.

Sur la plage de Gratelle , nous ne sommes pas les premiers.  Quelques représentantes de la race bovine sont déjà en train de prendre le soleil et elles s’éloignent lentement de ce groupe d’hominidés bruyants qui viennent envahir leur plage. Une plante très intéressante est rapidement repérée c’est l’ortie à pilule appelée ainsi non pas à cause de ses vertus contraceptives mais pour la forme de ses fruits.

A peine arrivés, certains cadiens, n’y tenant plus, décident de montrer leurs capacités de résistance à l’eau froide. C’est, dans l’ordre (je crois), Alain et Dominique, puis Laurence H, suivie de près par Laurine.  La prime de l’endurance reviendra sans conteste à Dominique qui n’en finit plus de faire des aller- retour le long de la plage. Pendant ce temps, les autres cadiens, plus douillets, se contentent  de les photographier. Mais il manquait une personne à ces courageux (ou inconscients). Après une longue réflexion et quelques recherche de plantes rares (prétexte, je pense à prendre une difficile décision), Thierry se décide, prend le risque de faire des envieux par son avantageuse anatomie et entre dans l’eau. Il faut dire que la place de président était en jeu et que toute dérobade aurait été très mal ressentie par l’électorat cadien.

Le retour se fait par le même chemin sous une plus forte température et avec une autre lumière.

En cours de route on demande à votre serviteur de faire une communication sur la rhyolite.  Cette roche volcanique voisine de celle de l’Esterel  est d’abord un magma pâteux, riche en silice qui s’accumule dans les chambres magmatiques.  Il s’écoule lentement et les poches de gaz qu’il contient  donnent des explosions violentes, pulvérisant la lave en nuages de cendres. Refroidi, il donne une roche en partie cristallisée contenant les mêmes minéraux que le granite  parfois de grande taille, noyés dans une pâte formée de microcristaux de verre matière non cristallisée. Cette structure est qualifiée de porphyre, matériau employé en architecture depuis l’Antiquité.  J’espère  que cet aparté géologique n’aura pas été trop ennuyeux.

Arrivés sur la plage de Caspiu, nous nous retrouvons pour un repas cadien sous les chênes du parking ombragé avant d’aborder la deuxième partie de la journée.

Il s’agit de rien moins qu’une sortie en mer, activité rare au Cade mais qu’il ne fallait manquer sous aucun prétexte dans les sites enchanteurs de la réserve de Scandola.

C’est presque en courant que nous atteignons l’embarcadère de Porto (la faute au repas). Nous embarquons  sur le « Capo rosso » qui va nous emmener pour un circuit de rêve vers l’anse de Girolata, la presqu’île de Scandola et les calanches de Piana. Que retenir de cette balade maritime ? Les commentaires pleins d’humour  d’un jeune et sympathique « capitaine » ? Les sites incomparables visités parfois de très près par notre navire ? Je citerai dans l’ordre le passage entre l’île  de Gargali et la côte,  l’île du Palazzo et son profil de Pascal Paoli, les prismes formés dans la rhyolite au cours de son refroidissement, les couleurs irréelles de la roche,  les entrées dans les grottes dont certaines , renfermant des plages, servaient de site de naissance aux phoques de Méditerranée (les veaux marins) avant leur élimination par l’Homme.  Nous pouvons admirer de magnifiques trottoirs d’algues (Lithothamnion) et, sur les parois de jolies fleurs, d’abord la rare armérie de Soleirol (Armeria soleirollii), belle endémique corse aux jolis pompons blancs et l’érodium de Corse (Erodium corsicum), autre endémique de bord de mer aux jolies fleurs purpurines. La diversité des roches volcaniques est impressionnante. En plus de rhyolites de différents couleurs (du noir au rouge), on peut voir des basaltes sombres, des conglomérats volcaniques formés par des éboulements, des arches, des trous de formes étranges, l’un évoquant le corse !

Après un retour vers Porto, notre navire repart verts les Calanches de Piana qu’il vaut mieux contempler au coucher du soleil. Et c’est encore l’émerveillement. Les falaises de granite rouge formant des arches étroites où notre capitaine fait semblant de vouloir engager son navire pur impressionner ses passagers, une cascade d’eau douce ruisselle dans un arc-en-ciel , un voilier apparait, à l’ancre à travers une grotte ouverte.

Enfin, toutes les bonne choses ayant une fin, c’est le retour vers Porto après une demi-journée épuisante de tant de beautés et de la fraîcheur de l’air marin.

 

 


Aucun organisme rencontré lors de cette sortie

Fiche créée le 01/05/2012 à 09:08

Voir les commentaires (0) ]

 

Album photo :


Aire à blé Caspiu

Champagne

Mare et Monti

Réserve scandola

Tour Girolata

Un gîte accueillant

Un jeune curieux

Le ciel, le soleil e

Le ciel, etc. .

Le grand conseil

Les vacancières

Calycotome villosa (

Mer merveilleuse

Plantago bellardi (l

Urtica pilulifera (O

Porto et sa tour gén

In the navy...

Scandola

Telina linifolia (te

Marrubium vulgare (l

Dans les calanques

Calanques de Piana v

Rouge et bleu

Calanche

Encore des rochers e

Stachys glutinosa (l

 

Tous les comptes rendus ]