Le col Agnel, les lacs Foréant, Égorgéou et Baricle

Le 11/07/2011

Lundi 11 juillet 2011
Col Vieux, lacs Foréant, Egorgéou et Baricle

Depuis le refuge Agnel (2580 m), nous montons en direction du col Vieux à travers la pelouse alpine, fleurie de ses espèces caractéristiques : Trolles, myosotis, benoîtes déjà en fruits, arméries, orchis vanille, gentianes, pédiculaires… Les marmottes s’y ébattent, profitant du beau temps et de leur insouciance.

Pas d’arbres à cette altitude, mais seulement des espèces naines ou rampantes, comme le saule. Les zones humides apportent des espèces différentes, comme le Saxifrage androsace et la mousse fleurie. Sur les pentes riches en matières organiques, encore d’autres espèces comme le Plantain, la phléole des Alpes et le carex fétide.

Depuis le col Vieux (2806 m), la vue s’étend sur le lac Foréant. Derrière nous, le Pain de Sucre où Thierry cherche et trouve (Gentiana schleicheri) une Gentiane rare. Nous allons maintenant vers les lacs.

La Taillante nous offre son beau miroir de faille. Nous verrons son envers demain, depuis le sentier du col Lacroix. En descendant, nous rencontrons la renoncule des glaciers, la doronic de l’Ecluse, ici en zone humide mais habituellement à l’abri dans les rocailles, la linaire des Alpes mauve et orange, la luzule du Piémont, la livèche, la soldanelle…

Un jeune garde de la réserve de chasse observe un bouquetin avec sa lunette. Il nous explique son rôle éducatif auprès des gens, de même que la jeune fille que nous rencontrons un peu plus  bas au bord du lac. Ils surveillent les zones très sensibles où poussent des espèces rares et protégées que nous n’aurions sûrement pas vues sans l’aide de Thierry : le jonc arctique, le jonc de Jacquin, le carex bicolore, le carex microglochin, le saule de Suisse. Tous coupables de les avoir piétinées et nous voilà tous épinglés, même le caporal ! Mais l’objectif commun étant de préserver, tous se comprennent… il faut bien découvrir !

Après un pique-nique cadien, bien arrosé comme il se doit, nous gagnons le lac Egorgéou où nous retrouvons à peu près les mêmes espèces. Mais toujours pas la grassette d’Arvet-Touvet (Pinguicula arvetii) que nous cherchions, seulement la grassette alpine blanche.
Bravo aux deux courageuses qui goûteront à l’eau froide du lac Baricle !

Sous une chaleur accablante, nous remontons ce que nous avons descendu.
Au passage, nous avons l’explication de la présence des roches vertes, reliques des anciens océans. Nous nous arrêtons souvent, pour voir entre autres deux Génépis (le noir, celui des glaciers), la rhodiole rose, plante grasse assez rare, la violette jaune à deux fleurs, l’herbe à la lune…

A pied ou en voiture, nous nous retrouvons au col Agnel, attendant que le mont Viso se désembrume, afin de l’escalader à cloche-pied comme prévu dans le programme.


Aucun organisme rencontré lors de cette sortie

Fiche créée le 13/08/2011 à 18:33

Voir les commentaires (0) ]

 

Album photo :


Mousse fleurie rouge

Gentiane de Schleich

Androsace de Brianço

Llyoidie tardive (Ll

Doronic de l'Écluse

Carex bicolore (Care

Laîche microglochin

Aster des Alpes (Ast

Jonc de Jascquin (Ju

Laîche noirâtre (Car

Cresson des chamois

Pulsatilla verna

Gnaphalium supinum

Pediculaire d'Allion

Porte à Molines

Botrychium lunaria,

La grace de la pulsa

?

Gentiana schleicheri

Saxifraga....

Nous

Saxifraga oppositifo

Doronicum grandiflor

Vue sur lac

Cade en montagne

Juncus jacquini

Leontopodium alpinum

Astragalus australis

Renoncules

Hé!

Marmotons

Vue

Pulsatilles dans le

Col d'agnel

Monte Viso depuis le

Radiola rosea

 

Tous les comptes rendus ]