LA GUISANNE 4ème jour: LE GALIBIER

Le 13/07/2009

Compte rendu de Bérengère. Merci à elle et bravo pour sa patience...



Le réveil est plus difficile cette fois ; chacun accuse un peu le coup de quelques heures de marche, mais l’idée surtout de la dernière journée à passer ensemble, doit contrarier un peu les humeurs. A que ça ne tienne, chaussons nos pieds gaillardement, le col du Lautaret et le col du Galibier nous attendent ! 
Enfin, prenons plutôt le volant et remontons la vallée de la Guisanne car il y a de la route à faire, et quelle route ! Une de celles qui serpentent en lacets vertigineux sur une vue imprenable et grandiose ; une de celles qui fait se cacher le visage sous les mains des moins intrépides (non vous n’aurez pas de nom !). Nous voici à passer le col du Lautaret (2058m) puis via le col du Galibier(2677m) ; les voitures sont stationnées aux abords d’un petit sentier de cailloux qui mène jusqu’à une table d’orientation et d’où l’on admire un panorama à couper le souffle. Petit cours de géologie sur l’apparition des cratères et de la présence du gypse ; puis on tourne son regard vers le choux couché cette fois (vent et altitude obligent), l’oxytropide des champs( ?! mais que fait-elle là ?), l’astragale des Alpes…
Puis il faut redescendre et nous empruntons le tunnel de Galibier (2556m) pour finalement faire une station à quelques virages plus bas. C’est ici que nous ferons notre dernier pique-nique du séjour, au bord d’un petit torrent de montagne où pataugerons les plus jeunes, pendant que trinquerons les autres, non sans avoir fait quelques arrêts photos sur le magnifique géranium des prés, la non moins belle crépis orangée, la gentiane de Koch, et parmi d’autres encore, le clou de la journée, l’orchidée grenouille.
Il a fallu ensuite se séparer, les plus émotives cachant leur tristesse derrière leurs lunettes, car ces instants de purs bonheurs montagnards ne se quittent pas sans émotions.
Merci à notre guide et aux organisateurs de ce très beau séjour.

Notes de Bérengère:

Après montée en voiture, arrêt pour ascension jusqu’à une table d’orientation.
Explication géologique du lieu par Bernard et Thierry.
Le socle, croûte continentale constituée de granit en grande partie socle se fissure ; l’océan alpin s’est formé et pendant ce temps là une sorte de mer de très faible profondeur  à la base ; l’évaporation a donc été si forte que cela à crée une cristallisation des sels ; roche : gypse donc qui s’effrite énormément et rien ne pousse pratiquement dessus ; d’où une forte érosion ; les calcaires se déposent par dessus ; puis sédiments  etc. le gypse agit comme un savon noir qui laisse tout glisser dessus ; nappe de charriage : roches vont les unes sur les autres ; cela remonte au Trias soit environ 250 million ‘années ; trois périodes donc trois types de roches ; le gypse c’est du sulfate hydraté de carbone ; cuit donne du plâtre ; il est à l’origine des cratères qu’on voit autour de nous ; ne jamais faire construire sur un sol où il y a du gypse.

Botanique :
o    Choux couché.
o    Valériane.
o    Oxytropis des champs.
o    Astragale des Alpes.
o    Ceraiste à une fleur.
o    Campanule du mont Cenis

Géologie :  (donné par Bernard dans la descente après la visite table d’orientation) roche saline ou évaporite font partie des sédiments.
Gypse saccharoïde (il est blanc) ; gypse fibreux ; gypse en fer de lance (la rose des sables est  aussi une forme du gypse).

On repart et passage sous le tunnel de Galibier (2556m) ; puis arrêt voiture dans un virage pour aller faire une mini ballade avant le déjeuner ;

o    Gentiane de Villars ou ponctué.
o    Chardon cultivé, cirse.
o    Géranium des prés (massif à fleurs violettes superbe).
o    Crépis orangé.
o    Bartsie (Bartsia).
o    Pulsatile en fruit.
o    Gentiane de Koch (courte tige).

 On longe un petit torrent, ascension.  Repas de dernière journée ; puis Thierry veut nous montrer une orchidée rare et difficile à trouver, l’orchidée grenouille.

o    Pulsatilla verna (autre espèce).
o    Pediculaire.
o    Primevère visqueuse.
o    Orchidée grenouille.
o    Benoîte des rivières (fleurs roses et jaunes).


Aucun organisme rencontré lors de cette sortie

Fiche créée le 07/08/2009 à 08:47

Voir les commentaires (0) ]

 

Album photo :


Vue du Galibier: les

Crepis aureus

Le gypse du Galibier

Gentiana verna (gen

Astragalus alpinus (

Gentiana punctata (

Mutellina purpurea (

Brassica repanda sub

Cerastium uniflorum

Ranunculus glacialis

Campanula cenisia (c

Pedicularis verticil

Crepis aurea (crépid

Pedicularis rostrato

Cirsium spinossissim

Saxifraga stellaris

Geranium campestris

Oxytropis campestris

Potentilla aurea (po

Sibbaldia procumbens

Coeloglossum viride

Campanula barbata (c

Gentiana acaulis (ge

Rhododendron ferrugi

Apollon butinant une

Campanula thyrsoides

Col du galibier (Tr

Belles du Galibier

Gentiane ponctuée (G

Bugle pyramidale?

Salix herbacea.

Benoite rampante (Ge

Notre gîte au Bez

Traquet motteux

Euphorbe petit cyprè

 

Tous les comptes rendus ]